Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0.20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Le repas ridicule
Auteur : Nicolas Boileau
Date de publication : 20/05/2009
isbn : 978-2-9534938-Th-10.002

Ce texte de la littérature française, écrit au XVIIe siècle, est peu connu et il reste pourtant d’actualité dans son approche du comportement humain.

Voici certainement la plus drôle des satires de Nicolas Boileau. Ce repas, auquel il n’a pu échapper, tourne à la catastrophe et sa description des mets, autant que la scène qu’il nous peint des personnes présentes, paraît encore bien actuelle.

Une excellente caricature de son époque que l’on pourrait transposer au XXIe siècle.

Remarques : Un texte classique

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Dit Nicolas Boileau-Despréaux, né à Paris en 1636, il est connu pour son esprit satirique. Ami dévoué de Molière et Racine, esprit rigoureux, il s’est attaché à définir l’idéal littéraire du “classicisme“. Il dénonce le pédantisme, la préciosité de mauvais goût, l’emphase dont fait preuve nombre de ses concitoyens. Auteur des Satires, du Lutrin, il est surtout l’auteur de l’Art poétique. Il s’est beaucoup inspiré d’Horace, le Latin.
Il s’éteint en 1711.

A ces mots, mais trop tard, reconnaissant ma faute,
Je le suis en tremblant dans une chambre haute,
Où, malgré les colets, le soleil irrité
Formait un poêle ardent au milieu de l’été.
Le couvert était mis dans ce lieu de plaisance,
Où j’ai trouvé d’abord, pour toute connaissance,
Deux nobles campagnards, grands liseurs de romans,
Qui m’ont dit tout Cyrus dans leurs longs compliments.
J’enrageais. Cependant on apporte un potage.
Un coq y paraissait en pompeux équipage,
Qui, changeant sur ce plat et d’état et de nom,
Par tous les conviés s’est appelé chapon.
Deux assiettes suivaient, dont l’une était ornée
D’une langue en ragoût, de persil couronnée ;
L’autre d’un godiveau tout brûlé par dehors,
Dont un beurre gluant inondait tous les bords.
On s’assied ; mais d’abord notre troupe serrée
Tenait à peine autour d’une table carrée,

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :