Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0.20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Pégase et Bellérophon
Auteur : Plume Service
Date de publication : 09/04/2011
isbn : 978-2-9534938-Cl-5.002

Légende mythologique, Pégase est le cheval ailé né du sang de la Gorgone Méduse. On connaît peu son lien avec le beau Bellérophon, figure emblématique du guerrier fougueux et dévoré d’ambition.

Remarques : Légende classique de la mythologie.

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Ce beau jeune homme, nommé Bellérophon, passait pour être le fils de Glaucos, roi de la future Corinthe, alors appelée Ephyre. Glaucos était lui-même le fils de Sisyphe, condamné à jamais à rouler une roche en haut d’une montagne du Hadès pour avoir voulu révéler un secret de Zeus.

Glaucos possédait de fiers destriers qu’il nourrissait de chair humaine afin de les rendre plus ardents dans les batailles. Emus par cette conduite barbare, les dieux lui infligèrent le même supplice et le firent dévorer par ses propres chevaux.

Bellérophon passait donc pour être le fils de ce roi cruel, mais une rumeur courait, assurant qu’il était, en réalité, le fils de Poséidon, dieu de la mer et l’on expliquait par cette filiation les qualités exceptionnelles du jeune garçon. Pour ajouter à cela, Eurynome, sa mère, avait été l’élève d’Athéna et l’on prétendait qu’elle l’égalait en sagesse et en intelligence.

Le rêve de Bellérophon était de s’emparer de Pégase, le cheval ailé merveilleux, né du sang de la gorgone Méduse lorsqu’elle fut tuée par Persée. Insaisissable, autant que prodigieux, Pégase n’était pas du genre à se laisser capturer. Sa vivacité, sa vaillance, son endurance étaient connues de tous et nul ne s’aventurait à vouloir le maîtriser. Bellérophon se désespérait de ne pouvoir l’attraper.

Il fit appel à un grand sage d’Ephyre, le plus grand, le plus habile et le plus raisonnable de la ville pour obtenir un conseil éclairé. Le grand homme lui suggéra de se rendre dans le temple d’Athéna et d’y dormir, les dieux parlant souvent aux hommes dans leurs rêves. C’est ce que fit Bellérophon. Tandis qu’il sommeillait dans le temple de la déesse, celle-ci parut, tenant un objet d’or dans la main.
« Dors-tu donc ? », dit la déesse, « réveille-toi vite, voici ce qui te permettra de charmer le coursier que tu convoites avec tant de hargne ».

Bellérophon ne se le fit pas dire deux fois, il se dressa aussitôt sur ses pieds. Athéna avait disparu, mais sur le sol il trouva un mors en or comme il n’en avait jamais vu auparavant. Il le saisit et se précipita dans les prés alentour à la recherche de Pégase. Il le trouva près de la fontaine de Pyrène, une source fabuleuse qui jaillissait aux pieds de la citadelle d’Ephyre. Bellérophon s’approcha sans bruit de l’animal et Pégase le laissa venir à lui puis brider, sans même un mouvement de recul. Athéna avait offert au jeune homme le moyen de devenir le maître de cette créature merveilleuse que tous craignaient et vénéraient à la fois.

Bellérophon, juché sur le dos de Pégase, revêtu de son armure d’airain, était devenu le maître de l’air et le cheval ne semblait pas se plaindre de cette association.

Il advint que, par accident, Bellérophon tua son frère. Il dut fuir la ville et alla se réfugier dans la cité d’Argos où le roi, Proetos, l’accueillit et le purifia. Hélas, la femme de Proteos, Antéia, tomba éperdument amoureuse du beau Bellérophon et tenta de le séduire....

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :