Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






La cabane aux loups
Auteur : Melrika Roffray
Date de publication : 19/10/2008
isbn : 978-2-9534938-N-2.034

La nuit descend bien vite en cette période hivernale. Elle revient du bourg, le médicament en poche pour l'aïeule. Mais la route est longue et cette forêt gelée est bien peu accueillante. D'autant qu'avec la rigueur de l'hiver, les animaux sauvages n'ont plus grand chose à se mettre sous la dent, surtout les loups, nombreux cette année. Elle a voulu passer au plus court pour rentrer avant la nuit, mais il fait déjà très sombre....

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Ah ! Melrika ! C’est la douceur, la tendresse, l’émotivité exacerbée. Ses nouvelles sont un régal entre légendes inventées, contes médiévaux, histoires mélancoliques. Un mot peut éveiller en elle tout un univers qu’elle pose sur le papier avec beaucoup d’émotion. Ce fut le cas pour la nouvelle « la tristesse d’Henri », née du mot LIT. Son imagination lui inspire souvent des œuvres presque magiques, inspirées de croyances et de superstitions populaires.

Vous n’hésiterez pas à la suivre sur les traces de cette louve si humaine, ou dans ses poèmes d’une infinie tendresse.

[...]

La forêt fourmillait de maints bruits, crissements, hululements, petits cris divers. De temps en temps, des hurlements déchiraient l’air, semblant se rapprocher. Elle avançait toujours, ses yeux sondant l’opacité ambiante. Elle se réfugia de nouveau dans ses pensées, tenta de se concentrer sur les tâches qui l’attendaient à son arrivée. Ignorer la peur, surtout.

Elle devrait rentrer du bois, faire chauffer la soupe, donner sa potion à la vieille, remercier la Flore (elle lui donnerait une poule, tiens, pour la peine et le dérangement), faire manger les petits, les coucher avec une histoire pour les calmer, s’occuper de la grand-mère. Après quoi, elle pourrait songer un peu à elle, se réchauffer avec son bol de soupe, penser aux corvées du lendemain.

Son esprit en éveil capta LEUR présence. La pâle lumière lunaire perçait difficilement à travers les arbres squelettiques, dépourvus de leur feuillage, couverts d’un manteau blanc, qui miroitait. Le gel accrochait des diamants dans les branches, mais elle ne voyait plus rien de tout ça. Son attention était tout entière concentrée sur EUX. Elle pensa à la ferme, à la vieille sur son grabat, aux petits attendant son retour. Un troisième hurlement emplit l’air. Ils étaient de plus en plus près. Eux aussi avaient dû sentir sa présence. Elle ne les voyait pas encore, mais elle les sentait tout proches. Impossible de grimper dans un arbre, il lui fallait trouver un abri et … vite ! Elle se mit à courir, au risque de tomber sur les cailloux glissants.

Elle dérapa plusieurs fois, s’écorchant, déchirant ses jupes. Ses cheveux s’agrippaient dans les branches basses. Sa gorge brûlait à force de respirer l’air glacé à pleines goulées. La peur lui donnait des ailes. Elle savait qu’elle devait la trouver pas très loin. C’était son seul espoir.

 

[...]

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :