Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  3,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Les sept vies de Jack Vermont
Auteur : Laurence Clémancet
Date de publication : 09/07/2016
isbn : 978-2-9534938-N-2.098

On lui a commis un avocat d’office. Ses chances d’échapper à la chaise électrique sont minimes. Après tout, il a tué son frère, un homme que tout le monde estimait, que ses propres parents adulaient. Maintenant, il va devoir expliquer pourquoi il devait le tuer, pourquoi il se devait de sauver des vies en devenant lui-même un assassin. NOUVELLES/Policiers -  

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Quand vos jambes oublient de vous porter, les livres s’en chargent. Ils vous prennent en otage, anéantissant la pesanteur, les limites de l’espace et du temps. A force de voyages, ils vous déposent un jour sur une plage. Là, une envie irrépressible vous prend de coucher des mots nouveaux sur le sable. On hésite, on trébuche, on recommence. Et puis, un jour, une histoire naît. Celle que l’on envoie comme une bouteille à la mer. Elle part à la recherche de qui voudra la prendre, de qui voudra la lire…
Je suis documentaliste pour des collégiens. Je lis beaucoup, pour eux et pour moi. Maintenant, je m’essaie à écrire.
 

On m'a introduit dans le parloir où mon avocat m'attendait. Il était petit, gras et chauve. On pouvait difficilement lui donner un âge. Il s'échinait à extraire mon dossier de sa serviette. On me l'avait commis d'office. Je n'avais pas les moyens de me payer un ténor du barreau. Il n'avait pas un regard pour moi. Il était pressé de partir, cela se voyait. Il devait penser à la bière fraîche qu'il allait s'offrir au bar situé pas loin du centre pénitentiaire. Mais il lui fallait bâcler cette corvée auparavant.
Il m'a invité à m'asseoir sans lever les yeux de ses papiers. Il était perceptible dans ses expressions qu'il se serait volontiers passé de mon affaire. Et dire que de lui dépendaient ma défense et ma survie ! À ses yeux, je n'étais qu'un voyou comme un autre. Que je finisse au trou pour vingt ans ou sur la chaise électrique ne changerait pas grand-chose au cours de sa carrière. Il a enfin levé ses yeux bleus blasés vers moi.
« Hum, il n'y a pas grand-chose en votre faveur dans tout ça. Il faudrait un miracle pour vous sortir de là. Vous avez tué de sang-froid votre frère d'une balle en pleine tête. Vos motivations ne me semblent pas claires. La rivalité peut-être ? On verra. Il va falloir me raconter ce qui s'est passé. Il me faut de quoi balancer au juge et au jury sinon je ne donne pas cher de votre peau. Vous n’avez quasiment rien dit à la police, seulement que vous deviez absolument liquider votre victime pour sauver des vies. Ils ne vous ont pas cru bien sûr ; d’autant que vous avez refusé d’expliquer pourquoi. Enfin, je vous écoute. Si vous ne me dites rien à moi, en une heure, le juge vous expédie dans le couloir de la mort. »
J'ai mis du temps à lui répondre. Ce que j'avais à révéler pour me défendre relevait de l'incroyable. C’est pour ça que j'étais resté peu bavard avec les flics. Ils n’auraient pas pu croire une histoire aussi démoniaque. Comment leur expliquer que j'avais tué Thomas parce qu’il était un monstre ? Lui, le charmant jeune homme adoré et adulé par tout son entourage ! Au bout du compte, c’est moi qu'on a pris pour Lucifer.
J'ai réfléchis que je n'avais plus rien à perdre. Foutu pour foutu, autant que je raconte cette histoire à quelqu'un. Au moins, cela me soulagerait peut-être en attendant que la mort mette fin à ce cauchemar.
« Je commence depuis le début ?
- Allez-y si c'est important.
- Ça risque d'être long.
- Je suis payé pour ça.
- Bon, d'accord.»
 

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :