Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0,10 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Jeux et expressions
Auteur : Astrid Bovouar
Date de publication : 02/04/2016
isbn : 978-2-9534938-LF-11.026

Si le monde rural a beaucoup inspiré notre langue dans des proverbes et des expressions liés aux animaux, à la nourriture, d’autres pratiques, plus ludiques ont aussi imprégné notre parler national, voici ce que nous explique Astrid Bovouar. Jeunesse/langue française - 5 pages - 0,10 

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Astrid Bovouar est un petit rat de bibliothèque, toujours à l’affût de légendes, mystères et autres singularités de notre monde depuis l’antiquité. Elle est friande de superstitions locales, connaît plein d’anecdotes sur les sorciers, fées et autres créatures côtoyant notre univers. Elle en parle avec beaucoup de respect et une certaine impertinence, son humour allant même jusqu’à se moquer de nos propres approches du problème paranormal.
Elle est aussi passionnée par les histoires de notre pays, ces petits relents de bassesses, de complots, de récits croustillants et libertins.

Croit-elle réellement à l’existence de ces créatures mystérieuses, de ces remèdes farfelus autant qu’effrayants ? Peut-être bien après tout… En tout cas, ses articles ont une saveur bien particulière.
 

“A beau jeu, beau retour“ (c’est dire qu’on saura rendre la pareille), “à deux de jeu“ (être dans des positions égales), “se faire un jeu de quelque chose ou quelqu’un“ (s’amuser aux dépens de), “y aller franc jeu“, “cacher son jeu“, “jouer serré“, “se piquer au jeu“, “tirer son épingle du jeu“, autant d’expressions qui nous rappellent que le jeu a tenu une place importante dans certains milieux. Certaines sont plus spécifiques et viennent soit des cartes, soit du jeu de paume, des jeux de dés, du billard ou encore d’autres. En voici quelques exemples :
• Les jeux de cartes nous valent de nombreuses expressions. Comme dit le proverbe “qui se garde à carreau n’est jamais capot“, ce qui signifie prendre toutes ses précautions.
- connaître ou voir le dessous des cartes : l’envers des choses, la face cachée des choses qui souvent pourraient expliquer bien des choses.
- comme un château de cartes : voilà une chose vaine et fragile, qui peut s’effondrer à tout moment tout comme le fait un château de cartes au moindre faux mouvement ou sous l’effet d’un petit coup.
- donner carte blanche à quelqu’un, c’est lui laisser l’initiative de faire ce qu’il souhaite, le laisser faire ses propres choix, à son idée.
- avoir ou prendre les cartes en main, c’est prendre la direction d’une situation.
- brouiller les cartes : embrouiller les choses de manière à tromper les autres, semer la zizanie autour de soi pour tirer son épingle du jeu.
- jouer cartes sur table : jouer franc jeu, ne pas cacher ses intentions, être loyal.
- jouer sa dernière carte : lorsque la situation est périlleuse et qu’on espère s’en sortir on tente une dernière chance, on compte sur un coup de chance pour rester en lice.
- perdre la carte c’est échouer, perdre la partie.
- passer la main : vient du jeu de baccara où les joueurs tiraient une carte pour savoir qui aurait le privilège de distribuer les cartes et l’on passait donc le sabot à celui qui avait tiré la meilleure carte.
- le jeu n’en vaut pas la chandelle : les joueurs de cartes misaient parfois et les chandelles étaient un objet de luxe. Lorsque le jeu ne rapportait pas beaucoup, cela ne valait pas le prix de la chandelle qu’on avait brûlé pour jouer.
- faire une main : faire une levée
- avoir la main : distribuer les cartes
- perdre la main : perdre son tour de donner les cartes et dans ce cas, on passe la main
- être attifé comme l’as de pique vient de la ressemblance du pique avec le croupion de la volaille. C’est donc assez péjoratif et signifie qu’on est mal habillé.
- Enfin, mettre au rancart qu’on devrait plutôt écrire mettre au rencart vient aussi du jeu de cartes. Autrefois, on disait rencarter ou récarter lorsqu’on mettait à l’écart certaines cartes. Aujourd’hui, on entend par là mettre au rebut, jeter. Jeunesse/Langue française – 5 pages – 0,10 euro

• On le sait, le jeu de paume est très ancien, puisqu’il a plus d’un millénaire…
 

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :