Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 euro €

Téléchargement PDF ou EPUB






Rions au tribunal
Auteur : Astrid Bovouar
Date de publication : 19/12/2015
isbn : 978-2-9534938-A-1.058

Astrid Bovouar, notre petite ratte de bibliothèque, a fouillé dans ses vieux grimoires pour nous trouver quelques histoires drôles passées dans les tribunaux. De quoi s’amuser en riant de la justice. Articles – 5 pages – 1,00 euro 

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Astrid Bovouar est un petit rat de bibliothèque, toujours à l’affût de légendes, mystères et autres singularités de notre monde depuis l’antiquité. Elle est friande de superstitions locales, connaît plein d’anecdotes sur les sorciers, fées et autres créatures côtoyant notre univers. Elle en parle avec beaucoup de respect et une certaine impertinence, son humour allant même jusqu’à se moquer de nos propres approches du problème paranormal. 

Elle décuvre, pour nous, bien souvent des anecdotes croustillantes et les partage pour notre plus grand plaisir.

Croit-elle réellement à l’existence de ces créatures mystérieuses, de ces remèdes farfelus autant qu’effrayants ? Peut-être bien après tout… En tout cas, ses articles ont une saveur bien particulière.

 

S’il est un lieu où l’on ne songerait pas à faire de l’humour ou à entendre des attendus drôles, c’est bien dans un tribunal. Pourtant, il y a de quoi, parfois, s’amuser tant en écoutant les réflexions des prévenus, que celles des Présidents ou des avocats.

Pour commencer, savourons ces répliques de quelques accusés, pas du tout impressionnés, lors de leur comparution devant le tribunal :

Le Président : “Accusé, voici la troisième fois que vous comparaissez devant le tribunal. Qu’est-ce qui vous amène encore ici ?“

L’Accusé : “Mon Président, c’est les gendarmes“.

 

Et celle-ci :

Le Président : “si vous n’étiez pas entré dans la maison avec de mauvaises intentions, pourquoi vous a-t-on surpris avec seulement des chaussettes aux pieds ?“

L’Accusé : “j’avais entendu dire qu’il y avait des malades dans cette maison“.

 

Ou encore celle-là :

Le Président : “ainsi, vous vous vantez de faire la montre ou le porte-monnaie avec une incomparable dextérité ?“

Le Prévenu : “aussi bien que personne ici…“ puis, continuant “soit dit sans vous offenser“.

 

Et enfin une que, personnellement, j’adore :

Le Président : “comment ! vous invoquez l’indulgence d’un tribunal devant lequel vous comparaissez depuis la neuvième fois !“

Le Prévenu : “justement, je demande à être traité en client“.

 

 

Parfois, c’est le plaignant qui se montre drôle :

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :