Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 euros €

Téléchargement PDF ou EPUB






Juste “un bout de chemin“
Auteur : Cary Devilseyes
Date de publication : 19/09/2015
isbn : 978-2-9534938-N-2.087

Une nouvelle de Cary Devilseyes. Il l’a aimée dès le premier regard. Mais aujourd’hui, une peur sourde le tenaille. Voilà quelque temps qu’elle rentre de plus en plus tard, sans explication, sans excuse… Elle lui avait dit être partante juste pour “un bout de chemin“… Nouvelles/Fictions – 1 euro - 3 pages

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Cary Devilseyes aime les situations étranges. Souvent, ses univers dérivent du réel à l’imaginaire ou au paranormal dans des atmosphères angoissantes. Parfois, pourtant, elle sait aussi écrire des poèmes et des nouvelles plus drôles ou tendres. Personne réservée naturellement, elle exprime dans l’écriture ses cauchemars, ses rêves, ses engagements.

Une personne à découvrir si ce n’est déjà fait.
 

La peur s’est insinuée très insidieusement dans son cœur.

Un matin, il s’est réveillé, oppressé. Comme ça ! Aucune raison apparente. Elle était là, encore endormie, l’air serein le souffle léger, un petit sourire sur les lèvres. Elle était là comme tous les matins désormais, depuis qu’ils avaient décidé de faire un “bout de chemin“ ensemble. L’expression venait d’elle. Lui pensait avenir, éternité. Elle pensait juste “bout de chemin“, une manière de ne pas s’engager à long terme. Et le voilà, en ce matin pourtant radieux baigné d’un soleil resplendissant, la peur au ventre.

“Un bout de chemin“. La phrase trotte dans sa tête sans arrêt depuis plusieurs jours. D’où lui vient cette soudaine obsession ? Il revoit la scène de la veille. Voilà quelque temps qu’elle rentre plus tard, mais hier soir elle est rentrée tard, très tard. Il s’est inquiété d’autant que son téléphone s’était figé sur les abonnés absents. Il avait laissé un message à la voix électronique de l’opératrice numérique. Puis un deuxième, une heure plus tard et encore un troisième sur le coup de minuit. En vain. Pas un signe. Il s’était affolé, au bord de la panique, lorsque le bruit de la clé dans la serrure de la porte d’entrée s’était fait entendre.

Alors, fou d’angoisse, il avait explosé. De soulagement et d’inquiétude contenue. Le ton avait monté. Elle se défilait depuis ses longues soirées d’absence. Là, elle avait refusé d’expliquer son si grand retard, arguant qu’elle était libre, que leur union n’était pas une prison, qu’elle était adulte…
 

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :