Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Retour au pays
Auteur : Françoise Bacelon
Date de publication : 23 Mai 2014
isbn : 978-2-9534938-N-2.074

La femme de Paul Gauguin est revenue au pays avec son mari. Françoise Bacelon, s’inspirant du tableau “Sur la plage“ de Gauguin, nous fait pénétrer dans la pensée de cette femme, empreinte d’une certaine nostalgie. Nouvelles/Fiction- 3 pages

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Pratiquant l’Ikebana, Françoise a souhaité créer ses propres vases et s’est inscrite dans un atelier de terre. Lors d’une exposition, elle a utilisé des cageots vides pour exposer ses œuvres.

« J’ai pensé à ce moment-là que ces cageots avaient la chance de vivre une seconde fois. Et, tout naturellement, je me suis dit qu’un jour j’écrirais la biographie d’un cageot… L’idée de faire parler ceux qui n’ont pas la parole était née.

Une de mes amies m’ayant dit qu’elle aimait à me lire, je me suis, quelques années plus tard, lancée dans l’aventure de la page blanche. Ainsi est né mon premier texte.
J’ai tout de suite aimé donner vie à des objets, par essence sans spiritualité. Mais non sans âme…
Peut-être une manière de transcender le quotidien… »

Née sous le signe de la lune dans Paris libéré, je me suis toujours intéressée aux arts, même sous leurs aspects les plus divers.
C’est curieusement l’art floral japonais, l’Ikebana, qui m’a amenée à l’écriture par des chemins, oh combien, détournés.

Pratiquant cette discipline depuis plus de trente ans maintenant, j’ai eu l’envie, il y a environ 10 ans, de fabriquer mes propres vases. Je me suis donc inscrite à un atelier de terre. Ma production semblant avoir quelque intérêt aux yeux de mon professeur, j’ai organisé une exposition de mes travaux pour laquelle j’ai utilisé des cageots vides de fruits et de légumes comme supports à mes œuvres.

Dis, Anahée, tu ne t’ennuies pas, toi ?

Je n’arrive pas à comprendre pourquoi Paul a souhaité revenir ici. Bien sûr, il y a la plage, le soleil toute l’année. Mais il n’y a vraiment rien à faire. Et rien à voir. Et comme je n’ai plus l’intention de passer des journées entières sur le sable, la vie va être d’un ennui mortel.

Si tu pouvais seulement imaginer la France ! La France de là-bas, parce qu’il paraît que nous sommes, nous aussi, Français. Mais ça c’est vraiment trop compliqué, même pour moi. On va dire que la France c’est un pays très loin et très différent d’ici.

Et Paris ! Une ville immense ! Mais tu ne peux pas savoir ce qu’est une ville, grande ou petite, tu n’en as jamais vue. Avec des immeubles à plusieurs étages, ça ne te dit rien, non plus, bien sûr. Les grandes avenues, les restaurants, les cafés, les théâtres…

Toi tu ne connais que ta case et la plage.

Et les automobiles ? Tu sais ce que c’est ? Bien sûr, nous, on n’avait pas les moyens de s’en payer une, mais Paul a un ami qui nous a emmenés en promenade dans la sienne. Quel souvenir !

Et les omnibus ! Je vais t’expliquer. Un omnibus, c’est une grande automobile qui peut t’emmener où tu veux. On visitait tout Paris, sans se fatiguer, assis sur l’impériale.

Et le téléphone ! C’est comme un tour de magie.

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :