Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Le système dépressionnaire (ou déconcentrationnaire)
Auteur : Sermanu
Date de publication : 28/03/2014
isbn : 978-2-9534938-RT-7.022

Arrivé à la quarantaine, il arrive qu’on éprouve le besoin de faire un point. Plus encore, peut-être, lorsqu’on souffre d’une hypersensibilité comme Sermanu. Un ensemble de textes comme des récits de vie, des interrogations loin d'être dénuées d'humour et de sarcasme. Un regard acéré sur l'enfance et la vie en général.

Récits/Témoignages. 15 pages.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Voici un auteur de talent. Que ce soit dans le style descriptif, pour nous faire découvrir sa campagne normande ou dans le style parodié, il excelle dans l’écriture et vous apprécierez son esprit mordant, sans toutefois tomber dans la méchanceté.

Nous vous proposons de découvrir son monde, un monde à part, le monde de ceux qui souffrent sans gémir, de ceux qui envient sans jalouser. Un monde particulier que nous côtoyons tous les jours, peuplé d’êtres auprès desquels nous passons sans les voir ou en feignant de les ignorer. Usant du style de Philippe Djian, Hervé Bazin, Alphonse Boudard, Jack Kerouac, et de son propre style, Serge nous parle de ce banc, lieu de rencontre insolite et pourtant offert à tous.

« J’ aime l’ introspection donc j’ analyse bien mes pensées et mes sentiments.
La vie originale que je mène me permet de posséder une vision originale de la société qui se ressent dans mes écrits ».
« J’habite à Bayeux, entre ville et campagne, dans un quartier populaire et vivant.
J’ai la quarantaine encore un peu adolescente ».

Ce texte pourrait avoir le sens du bilan d'un homme mûr atteint par le démon de midi. Pourtant, il n'exprime pas le malaise de la quarantaine car la quarantaine, je la connais depuis toujours !
Mon existence est marquée à l'entrée de l'âge adulte par une déflagration qui m'a laissé sans voix, « dispersé » comme disent les psys ; je veux en témoigner sans effaroucher le lecteur.
Cet objet littéraire veut exprimer la beauté sereine de certains de mes paysages intérieurs et la laideur de ce que mes yeux ont vu et qu'ils n'auraient jamais dû voir...
Il se veut également un message d'espoir, de résistance adressé à tous les handicapés et un message de tolérance aux esprits qui réduisent nos vies à rien. Nous ne méritons pas d'être piqués ; il y a de la richesse à côtoyer les hypersensibles. Ils peuvent enseigner la douceur et la tendresse.
Nous, les handicapés psychiques, ne devons pas être considérés comme des égorgeurs de vieilles dames.

Une enfance sans problème
De quelque bout d'où tu voudrais attraper les premières années de ma vie, tu trouverais un minimum de prise ; j'ai été un enfant sage, discipliné, studieux jusqu'à l'ennui. A cinq ans, j'étais déjà l'intello à forte myopie. Je mettais toute mon énergie dans la quête de l'excellence. A quoi m'auraient servi les concours de crottes de nez ou la conjugaison du verbe paître avec le verbe péter ou à chanter à tue-tête que la fille du charcutier ne porte pas de culotte?
Fils de professeur, qu'est-ce que je charriais de jalousie avec mon capital culturel !
Je ne regretterai jamais assez de ne pas avoir volé de confitures.
La clique qui m'entourait ne sut jamais combien l'eau qui dort allait fermenter.

Les rires sans humour
Je me poserai à jamais la question de savoir si, dans sa décision de me faire sauter une classe, il n'y avait pas chez mon instituteur une pointe de sadisme. S'agissait-il d'une agression à ma petite vie d'enfant tranquille ?
Beaucoup de lecteurs considéreront ces états d'âme comme des geignements d'enfant gâté.
Comment se sentir malheureux alors qu'on vous rend honorable et que, pour le vulgum pecus, il reste la règle en fer et les oreilles décollées.

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :