Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0,20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Conception et sorcellerie
Auteur : Astrid Bovouar
Date de publication : 22/10/2013
isbn : 978-2-9534938-H-9.041

Les méthodes contraceptives actuelles sont bien loin de celles pratiquées dans les temps anciens. De même pour la conception. Lutter contre l’infécondité, favoriser la conception sont des préoccupations de tous les âges. Astrid Bovouar nous donne un aperçu des techniques utilisées aux temps de la sorcellerie et autres époques lointaines. De quoi en sourire aujourd’hui.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Astrid Bovouar est un petit rat de bibliothèque, toujours à l’affût de légendes, mystères et autres singularités de notre monde depuis l’antiquité. Elle est friande de superstitions locales, connaît plein d’anecdotes sur les sorciers, fées et autres créatures côtoyant notre univers. Elle en parle avec beaucoup de respect et une certaine impertinence, son humour allant même jusqu’à se moquer de nos propres approches du problème paranormal.


Croit-elle réellement à l’existence de ces créatures mystérieuses, de ces remèdes farfelus autant qu’effrayants ? Peut-être bien après tout… En tout cas, ses articles ont une saveur bien particulière.

La finalité d’une espèce étant de se perpétuer, tous les peuples ont cherché les moyens les plus divers pour favoriser la fécondation, lutter contre la stérilité et aider à l’accouchement.
Les techniques ont, heureusement, bien évolué depuis les temps immémoriaux de l’apparition de l’espèce humaine sur terre, mais il est intéressant de se pencher sur les divers moyens proposés dans les temps passés. C’est à la fois stupéfiant, comique parfois, sidérant.

1 – Ne pas concevoir
Depuis la nuit des temps les femmes ont aussi cherché des moyens de ne pas se retrouver dans une situation délicate et nous commencerons donc par ce chapitre des moyens anticonceptionnels.

Nous avons un choix important de techniques que, personnellement, je n’ai jamais testées, mais sait-on jamais ?!
On peut toujours essayer avec des légumes :
- fabriquez une amulette composée d’une asperge que vous attacherez autour du cou ;
- ou préparez un pressaire de chou à introduire dans le vagin juste avant le rapport ;
- il y a bien aussi les injections de menthe dans le vagin, plante facile à trouver dans nos régions ;
- à moins que l’idée de vous enfoncer un tampon de laine imbibé de vin dans le vagin, juste avant le rapport ne vous tente ;
- plus simplement, pendant le rapport vous pouvez garder, appliquée contre votre tempe gauche (ne vous trompez pas !) une enveloppe en tissu contenant de la graine de vinette.
- vous pouvez aussi essayer de convaincre monsieur de s’enduire le pénis avec du jus d’oignon juste avant le rapport.
Oh ! Je vois que tout cela ne vous inspire pas. Attendez, j’ai d’autres solutions plus … animales.
- par exemple, ce merveilleux composé de bile de bœuf et de miel que la femme doit étaler sur son sexe juste avant le coït ;
- pourquoi ne pas couper les testicules d’une belette et les attacher à l’une de vos cuisses, mesdames ? Hein ? Pourquoi ?
- Vous n’avez pas trouvé de belette ? Qu’à cela ne tienne, portez sur votre pied gauche le foie d’un chat, ou encore placez sur votre ventre les testicules dudit chat. Non ? Toujours pas ?
- Essayons avec la grenouille, alors. Pas question ici, de trouver le prince charmant, loin de là, prenez votre grenouille, ouvrez-lui la mâchoire et maintenez la mâchoire inférieure baissée, puis crachez trois fois dans la bouche de l’animal.
- Pas convaincue par l’efficacité de cette méthode ? Ah ! vous êtes bien difficiles. Alors essayez de pister un loup. Oui, je sais en ville c’est plutôt compliqué, mais bon, nous avons des zoos. Sitôt que le loup a uriné, précipitez-vous pour uriner vous aussi sur son urine. Attendez peut-être, quand même, que la bête se soit éloignée, même si le loup est un animal peureux, il vaut mieux se méfier.
- Si vous trouvez cette méthode trop périlleuse, je peux vous recommander, mesdames, de vous frictionner les reins avec le sang d’un taureau sauvage noir. Allez, l’homme peut bien en capturer un pour vous et affirmer ainsi sa virilité.
A ce propos, on reconnaît bien là l’influence de l’église et de son aversion pour les rapports sexuels. Le taureau symbole phallique, sauvage avec tout ce que cela comporte de virilité et noir, la couleur diabolique par excellence.
Bon, je vois bien que toutes ces techniques vous rebutent un peu, si, je le sens. J’avoue que moi-même, je serais un peu réticente à votre place, mais, que voulez-vous, à des époques où la pilule n’existait pas, il fallait bien faire avec les moyens du bord.
Autres techniques, plus aisées à pratiquer peut-être, quoique…
- à part s’introduire du goudron dans le vagin pendant l’acte sexuel, ou répandre le sang de vos règles sur vous avant le rapport, je peux vous proposer quelque chose de moins brutal, ce sont quelques exercices physiques. Ah ! Je vous sens plus intéressées là.
- Tournez sur vous-mêmes assez longtemps après le rapport ;
- ou sautez sept fois, talons jusqu’aux fesses ;
- enfin, moins fatigant, vous asseoir sur vos talons et éternuez.

2 – Lutter contre l’infécondité ou l’impuissance

Bon, vous souhaitez un enfant, mais des complications diverses se profilent. Aucun problème, je suis sûre que vous trouverez la solution dans les lignes qui vont suivre.

Contre les « froideurs de votre matrice », pourquoi ne pas boire un peu d’huile de scorpion et en enduire vos parties intimes ? Bon il est vrai que les scorpions ne se trouvent pas partout, alors appliquez quelques racines de dictam blanc.

On prétendait, autrefois, que trop d’humidité dans les « parties amoureuses » de la femme n’était pas « accueillante à la semence». Aussi, pour dessécher ces parties amoureuses, conseillait-on...

 

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :