Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Le français simple – VII – les paronymes
Auteur : Plume Service
Date de publication : 10/05/2013
isbn : 978-2-9534938-LF-11.022

Il nous arrive souvent d’hésiter sur l’orthographe de mots à consonance voisine ou sur l’exactitude de leur emploi. Doit-on dire affleurer ou effleurer ? raisonner ou résonner ? Dans la tradition des opuscules Le Français Simple, vous trouverez, ici, des moyens faciles de ne plus vous tromper.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

La collection Le Français Simple dont ce document est le 7ème volet est rédigée à partir d'ouvrages de la collection privée de Plume Service.

Vous l’avez certainement remarqué, certains mots semblent très proches soit étymologiquement, soit par leur prononciation ou leur forme. Il ne faut pas les confondre car leur sens peut différer. On les appelle des paronymes.
Voici des exemples qui devraient vous permettre de vous y retrouver lorsque vous avez un courrier à rédiger ou même au cours d’une conversation.

Acceptation et acception : si le premier tombe sous le sens du verbe accepter (c’est l’action d’accepter quelque chose), le second indique le sens que l’on donne à un mot.
Ex : après acceptation de notre contrat…
Vous voudrez bien prendre les termes de cette lettre dans leur acception la plus simple.

Affleurer et effleurer : le premier indique la mise à niveau tandis que le second indique le fait de toucher légèrement.
Ex : l’eau du bassin affleure à son bord, il va bientôt déborder
A peine l’avait-il effleuré de la main, qu’elle tressaillit.

Allocation et allocution : le premier vient du verbe allouer et indique soit l’action d’allouer quelque chose, soit la somme allouée. Le second est un petit discours.
Ex : la caf m’a versé une allocation pour mes trois enfants
Il a organisé un pot de bienvenue après son allocution.

Allusion et illusion : on fera allusion à une chose, une personne, un événement, sans le nommer vraiment. L’illusion est une vue déformée de l’esprit, une erreur de nos sens qui nous trompe sur la réalité.

Plus complexe est la différence entre anoblir et annoblir. En effet, les deux mots se prononcent de la même manière, mais leur orthographe et leur sens diffèrent : anoblir, c’est donner un titre de noblesse ; annoblir a une valeur plus morale, c’est donner de la dignité à un acte, une chose, une personne, une action.
Ex : le roi a anobli la chanteuse pour l’ensemble de sa carrière.
Le sauvetage de Mme X. l’a annobli auprès de toute la communauté.

Si l’astrologue prédit l’avenir d’après la position des astres, l’astronome, lui, est un savant qui étudie le ciel.

Collision et collusion : une collision est un choc brutal souvent, tandis qu’une collusion est une entente secrète qui a pour but de tromper quelqu’un.
Ex : il est entré en collision avec un camion.
Le pauvre s’est avoir lors de cette vente. Il y a eu collusion entre le notaire et le vendeur.

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :