Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Premier vol
Auteur : Françoise Bacelon
Date de publication : 07/07/2012
isbn : 978-2-9534938-N-2.040

Une nouvelle de Françoise Bacelon qui brille, comme toujours, par son originalité. Il monte, il monte, haut, toujours plus haut, toujours plus loin. C’est qu’il aimerait tant gagner, ou plutôt faire gagner la petite fille qui lui a donné cette opportunité de voler….

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Pratiquant l’Ikebana, Françoise a souhaité créer ses propres vases et s’est inscrite dans un atelier de terre. Lors d’une exposition, elle a utilisé des cageots vides pour exposer ses œuvres.
« J’ai pensé à ce moment-là que ces cageots avaient la chance de vivre une seconde fois. Et, tout naturellement, je me suis dit qu’un jour j’écrirais la biographie d’un cageot… L’idée de faire parler ceux qui n’ont pas la parole était née.
Une de mes amies m’ayant dit qu’elle aimait à me lire, je me suis, quelques années plus tard, lancée dans l’aventure de la page blanche. Ainsi est né mon premier texte.
J’ai tout de suite aimé donner vie à des objets, par essence sans spiritualité. Mais non sans âme…
Peut-être une manière de transcender le quotidien… »

Née sous le signe de la lune dans Paris libéré, je me suis toujours intéressée aux arts, même sous leurs aspects les plus divers.
C’est curieusement l’art floral japonais, l’Ikebana, qui m’a amenée à l’écriture par des chemins, oh combien, détournés.
Pratiquant cette discipline depuis plus de trente ans maintenant, j’ai eu l’envie, il y a environ 10 ans, de fabriquer mes propres vases. Je me suis donc inscrite à un atelier de terre. Ma production semblant avoir quelque intérêt aux yeux de mon professeur, j’ai organisé une exposition de mes travaux pour laquelle j’ai utilisé des cageots vides de fruits et de légumes comme supports à mes œuvres.

Je monte ! Je monte ! Je vole ! Attention à ne pas m’écraser contre la cheminée de cet immeuble ! Passée ! Me voilà au-dessus des toits ! Tout devient petit, petit ! Les gens qui s’agitent au sol ressemblent à une colonie de fourmis qui avance en rangs serrés.

Quelle agitation ! Et comme je suis bien dans le silence du ciel !

Jamais je n’aurais imaginé que ma destinée serait de voler. C’est presque incroyable !
Si je pouvais me pincer pour être sûr que je ne rêve pas, je le ferais.

Débuter bien rangé dans une boîte ne me permettait pas d’envisager une vie aussi palpitante. Dans ma boîte, nous étions tous rouges ; une centaine peut-être. A côté, une autre boîte, tous verts ; puis une autre, tous bleus ; une autre, tous jaunes. Des dizaines de boîtes, avec, bien à plat, des centaines de ballons de baudruche de toutes les couleurs, serrés les uns contre les autres, dans cette boutique pleine de costumes, de farces et attrapes et de jeux.

Et moi et ma boîte, nous nous sommes retrouvés avec quelques autres à la kermesse de l’école de la rue de Bouvines à Paris. Je n’avais aucune idée de ce que l’on allait faire de nous quand j’ai vu les copains qu’on avait enlevés de la boîte grossir, grossir. On leur avait attaché une petite étiquette remplie par un enfant ; ça leur faisait comme une petite queue. Et les enfants les ont lâchés, chacun le sien. Je les ai vus partir, s’envoler. J’ai essayé de les suivre des yeux, mais les points sont devenus trop petits dans le ciel. Et puis ça a été mon tour. Et maintenant je vole ! Merci à la petite fille aux cheveux châtains et aux yeux verts qui m’a permis de faire ce voyage.

Je n’arrive pas à lire ce qu’elle a écrit sur mon étiquette. M... Il faudrait que je me torde le cou pour avoir une chance de déchiffrer son texte. Dommage, j’aurais bien voulu savoir son prénom à cette petite fille…

Mais profitons du paysage. Je continue à monter et tout est devenu si minuscule que je discerne à peine les choses. Ah, le toit de l’église, le jardin municipal !....

Il fait chaud. Très chaud. Ah, je vois quelques autres ballons s’éloigner et d’autres qui quittent le sol ; on dirait des cerfs-volants. Le ciel est constellé de petits points multicolores animés. Comme c’est drôle de voler.

Mais que m’arrive-t-il ? Je suis mouillé ! De plus en plus. Il pleut !…

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :