Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0.20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






L’Algérie, nous avions 20 ans
Auteur : Laurent Gérard
Date de publication : 31/03/2012
isbn : 978-2-9534938-Po-8.019

Ce témoignage de Laurent Gérard se présente comme un poème dédié à ses camarades.Un très beau texte souvenir qui glisse comme une douce nostalgie de nos vingt ans, une tendresse ténue pour ces années de jeunesse.

Remarques : Ce poème étant un témoignage a été classé en rubrique Récits/Témoignages

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Des études secondaires m’ayant permis, grâce à d’excellents professeurs de lettres, de connaître et aimer les grands auteurs classiques français et latins, et incité à développer quelques dispositions naturelles pour l’écriture, j’ai, dès mon adolescence, été tenté de m’exprimer sous couvert de poésie. Après avoir découvert le théâtre de Molière, Corneille, Racine ou autres Victor Hugo, Beaumarchais (ah ! le TNP de l’époque Jean Vilar !), les poètes de la Pléiade, et être tombé, du même coup, amoureux des alexandrins, mon attrait pour l’écriture poétique fut facilité par une autre découverte, ô combien déterminante, celle de Jacques Prévert. Une révélation que de réaliser, à sa lecture, que l’art poétique pouvait être synonyme de toutes les libertés, y compris les plus iconoclastes. Et d’avoir ainsi confirmation par une plume reconnue de la mise en garde effectuée, avec autant de fermeté que de malice, par un des profs, de philo celui-là, évoqués plus haut, à l’endroit d’une espèce présentée, à juste titre, comme redoutable : les imbéciles solennels. Et l’autorisation, pour moi, de succomber à la tentation d’écrire sérieusement sans jamais risquer de me prendre au sérieux…

Mes sources d’inspiration : les amours de jeunesse ou définitives, les drames de ce monde, une période militaire trop longtemps subie, les souvenirs, l’actualité, la vie quoi…

Laurent est un Isarien. Il vit non loin de Clermont avec son épouse. Ancien commerçant aujourd’hui retraité, il mène une vie très active notamment dans le domaine sportif.

Vous veniez de Noyon, Saumur ou d’Allemagne
Certains de Besançon ou d’autres de Bretagne
Avant d’être Chasseurs, vous fûtes Cuirassiers
Dragons, marchant à pied, mais nommés cavaliers
Au moment du départ, vous dîtes comme Molière
Mais que diable allons-nous faire en cette galère ?
Vous aviez ri avec Scapin
Cette fois, hélas, vous riiez moins
Comme si l’école n’avait pas suffi
On vous infligea les classes avant tout
Blouse grise, tableau noir, c’était fini
Le règne commençait de la chaussure à clous
Et du complet kaki, évidemment trop petit.
Puis ce fut l’AFN, avec elle l’inconnu
Traverser la Grande Bleue, ce n’était pas sans charme
N’empêche qu’à Marseille, vous reteniez vos larmes
Contemplant cette terre peu à peu disparue.
Le Père-Cent, allons donc, vous n’y osiez pas croire

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :