Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Conversation hippique
Auteur : Françoise Bacelon
Date de publication : 05/03/2011
isbn : 978-2-9534938-H-9.010

Epsom est un haut lieu des courses hippiques. Oui, mais ... sait-on ce qui se passe réellement durant une course ?

Les chevaux ne sont-ils que des bêtes que l’on dresse à courir sous l’emprise d’un jockey ? Et s’ils avaient leur existence propre, leurs désirs bien à eux ... S’ils se concertaient pour établir le nom du gagnant ? Si ... Françoise Bacelon s’est inspirée d’un tableau de Géricault pour nous faire vivre une course de l’intérieur ... vue côté montures.

Remarques : Illustration : Course à Epsom de Théodore Géricault

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Pratiquant l’Ikebana, Françoise a souhaité créer ses propres vases et s’est inscrite dans un atelier de terre. Lors d’une exposition, elle a utilisé des cageots vides pour exposer ses œuvres.

 « J’ai pensé à ce moment-là que ces cageots avaient la chance de vivre une seconde fois. Et, tout naturellement, je me suis dit qu’un jour j’écrirais la biographie d’un cageot… L’idée de faire parler ceux qui n’ont pas la parole était née.
Une de mes amies m’ayant dit qu’elle aimait à me lire, je me suis, quelques années plus tard, lancée dans l’aventure de la page blanche. Ainsi est né mon premier texte.
J’ai tout de suite aimé donner vie à des objets, par essence sans spiritualité. Mais non sans âme…
Peut-être une manière de transcender le quotidien… »

Née sous le signe de la lune dans Paris libéré, je me suis toujours intéressée aux arts, même sous leurs aspects les plus divers.
C’est curieusement l’art floral japonais, l’Ikebana, qui m’a amenée à l’écriture par des chemins, oh combien, détournés.

 

Pratiquant cette discipline depuis plus de trente ans maintenant, j’ai eu l’envie, il y a environ 10 ans, de fabriquer mes propres vases. Je me suis donc inscrite à un atelier de terre. Ma production semblant avoir quelque intérêt aux yeux de mon professeur, j’ai organisé une exposition de mes travaux pour laquelle j’ai utilisé des cageots vides de fruits et de légumes comme supports à mes œuvres.

- Dis, tu les connais, les deux derrière ?

- Non. J’ai l’impression qu’ils sont nouveaux sur le circuit. Je ne les ai jamais vus et ils n’ont pas dû participer à beaucoup de courses. Ce sont peut-être des provinciaux ou des étrangers…Ils nous mènent un train d’enfer. Il va falloir qu’on les calme.
Nous allons devoir leur expliquer nos règles.

- Troisième participation cette semaine, ça commence à faire beaucoup.
Heureusement qu’il y a bien longtemps qu’on s’est organisés pour éviter la fatigue.
Et ces crétins de cavaliers qui ne se sont jamais aperçus de rien !

- Ne parle pas de malheur ! J’espère que ce ne sont pas des purs et durs et qu’ils ne vont pas nous saboter (sabot, saboter, tu pourrais rire…) nos sorties du week-end !
Depuis le temps que ça fonctionne…
Dis, à part ça, tu as une copine en ce moment ? Moi, j’ai largué la mienne. Elle n’arrêtait pas de me casser les sabots avec mes absences le dimanche. J’ai eu beau lui dire qu’il fallait bien que je travaille et que je n’étais pas décisionnaire du calendrier, elle n’a jamais voulu comprendre. J’en ai eu marre. En plus, elle faisait des histoires pour un rien.

- Oh, oh ! Accélère un peu ; les deux autres vont nous passer devant ! C’est pas vrai !
Qui m’a fichu des abrutis pareils ? Ils vont nous obliger à galoper ! Je ne suis pas sûr de savoir encore. Depuis le temps qu’on fait semblant !

- Remarque, pour être tout à fait honnêtes, il nous faut bien reconnaître que lors de nos premières courses, nous aussi on faisait du zèle… Ce qui n’empêche pas que dès la fin de courses, nous allons les affranchir, les deux autres. Il n’est pas question de changer nos habitudes… Les courses, d’accord. Mais sans courir. Et pour ce que ça nous rapporte à nous de gagner un grand prix ! Même pas une double ration d’avoine…

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :