Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Ma musique
Auteur : Sermanu
Date de publication : 05/03/2012
isbn : 978-2-9534938-Po-8.017

Trois textes poétiques de Sermanu autour de la musique, des mots et de la pluie. Un genre poétique particulier mais qui ne manque pas d’intérêt.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Voici un auteur de talent. Que ce soit dans le style descriptif, pour nous faire découvrir sa campagne normande ou dans le style parodié, il excelle dans l’écriture et vous apprécierez son esprit mordant, sans toutefois tomber dans la méchanceté.

Nous vous proposons de découvrir son monde, un monde à part, le monde de ceux qui souffrent sans gémir, de ceux qui envient sans jalouser. Un monde particulier que nous côtoyons tous les jours, peuplé d’êtres auprès desquels nous passons sans les voir ou en feignant de les ignorer. Usant du style de Philippe Djian, Hervé Bazin, Alphonse Boudard, Jack Kerouac, et de son propre style, Serge nous parle de ce banc, lieu de rencontre insolite et pourtant offert à tous.

« J’ aime l’ introspection donc j’ analyse bien mes pensées et mes sentiments.
La vie originale que je mène me permet de posséder une vision originale de la société qui se ressent dans mes écrits ».
« J’habite à Bayeux, entre ville et campagne, dans un quartier populaire et vivant.
J’ai la quarantaine encore un peu adolescente ».

Ma musique


Mon premier concert de musique classique, je m’en souviens même pas.
Mais j’y ai pleuré, c’est certain.
Car il faut savoir qu’il n’y a que le jazz et … Chopin.

Seul Bob Marley me botte ; sinon les pierres qui roulent, je reste dubitatif.

 

La pluie

La pluie, ça annule les sons

Le soleil les reconstruit
La neige les rend tristes because gazoline

 

Une poésie sans nom

Ça serait joli

Ou une lubie en songe-creux
Un texte sans graisses
Ni additifs ajoutés
Ça serait un clin d’œil à John Cage
 

Oui ! Une poésie sans nom
Ça serait un silence dans le silence
Dès quatre heures du matin
Lecteur, invente-le aux confins de ta raison et de tes rêves

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :