Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  1,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Un curieux apprentissage
Auteur : Françoise Bacelon
Date de publication : 07/02/2012
isbn : 978-2-9534938-H-9.034

C’est un objet, noir, tout noir. Un objet qu’on ne voit plus que très rarement désormais. Il nous raconte, avec une certaine nostalgie, tout l’intérêt qu’il porte à ce qu’il apprend chaque jour, chaque année. Il sait qu’il disparaîtra un jour, mais il est fier de ce qu’il connaît, de ce qu’il a pu engranger de savoir au fil des années. Un beau texte d’humour.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Pratiquant l’Ikebana, Françoise a souhaité créer ses propres vases et s’est inscrite dans un atelier de terre. Lors d’une exposition, elle a utilisé des cageots vides pour exposer ses œuvres.
« J’ai pensé à ce moment-là que ces cageots avaient la chance de vivre une seconde fois. Et, tout naturellement, je me suis dit qu’un jour j’écrirais la biographie d’un cageot… L’idée de faire parler ceux qui n’ont pas la parole était née.
Une de mes amies m’ayant dit qu’elle aimait à me lire, je me suis, quelques années plus tard, lancée dans l’aventure de la page blanche. Ainsi est né mon premier texte.
J’ai tout de suite aimé donner vie à des objets, par essence sans spiritualité. Mais non sans âme…
Peut-être une manière de transcender le quotidien… »

Née sous le signe de la lune dans Paris libéré, je me suis toujours intéressée aux arts, même sous leurs aspects les plus divers.
C’est curieusement l’art floral japonais, l’Ikebana, qui m’a amenée à l’écriture par des chemins, oh combien, détournés.
Pratiquant cette discipline depuis plus de trente ans maintenant, j’ai eu l’envie, il y a environ 10 ans, de fabriquer mes propres vases. Je me suis donc inscrite à un atelier de terre. Ma production semblant avoir quelque intérêt aux yeux de mon professeur, j’ai organisé une exposition de mes travaux pour laquelle j’ai utilisé des cageots vides de fruits et de légumes comme supports à mes œuvres.

4 fois deux ? 8.
Belle ? Adjectif qualificatif, féminin singulier.
81 moins 17 ? 64.
Source de la Seine ? le plateau de Langres.
Je suis (presque) incollable.
Chanter au futur ? Je chanterai, tu chanteras, il chantera…
Racine carrée de 126 ? Ah, non, vous trichez ! Je vous ai dit tout à l’heure que je suis installé depuis 12 ans dans une école primaire. Et là, vous me posez une question qui n’est pas de mon niveau. Probablement apprend-on ça au collège.

Et puis, même de l’apprentissage en primaire, je ne sais pas tout. Je n’ai pu apprendre que ce que l’institutrice écrit. Le reste ? J’en ai déduit une partie, et de la grande majorité, je ne sais rien.
Un exemple ?
Les tables de multiplication. L’enseignant ne les écrit pas au tableau, mais il demande aux élèves de venir y faire des opérations –additions, soustractions, divisions, multiplications- et par recoupement, moi, j’ai retrouvé toutes les tables. Le soir, une fois l’école fermée, j’ai tout le temps d’apprendre. Un seul impératif : que l’instituteur n’ait pas effacé toutes les informations qu’il a écrites sur moi. Mais en fin de journée, les enseignants sont tellement fatigués que, la plupart du temps, ils ne passent même pas un coup d’éponge sur la dernière leçon. Et comme la femme de ménage ne vient que le lendemain matin, je peux passer trois ou quatre heures par nuit à comprendre et apprendre toutes les informations écrites.
En douze ans, vous imaginez combien j’ai emmagasiné de savoir !

Le problème c’est que je ne peux étudier et apprendre QUE ce que le maître ou les élèves écrivent. Toutes les explications données oralement ainsi que les réponses des élèves échappent à ma capacité d’enregistrement.
Ca m’en laisse des lacunes…

Heureusement, la salle dans laquelle je me trouve n’est pas affectée tous les ans à la même classe. J’ai donc pu suivre le CP, le CE2 et le CM1. Je le sais parce que tous les instituteurs écrivent, le jour de la rentrée, leur nom et le niveau de la classe sur ma belle robe noire, toute propre.

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :