Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue
policiers


  3,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Pensées poétiques
Auteur : Laurent Gérard
Date de publication : 17/11/2011
isbn : 978-2-9534938-Po-8.006

Le poète nous entraîne dans ses pensées poétiques, parfois farfelues, ses états d'âme...

 

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Des études secondaires m’ayant permis, grâce à d’excellents professeurs de lettres, de connaître et aimer les grands auteurs classiques français et latins, et incité à développer quelques dispositions naturelles pour l’écriture, j’ai, dès mon adolescence, été tenté de m’exprimer sous couvert de poésie. Après avoir découvert le théâtre de Molière, Corneille, Racine ou autres Victor Hugo, Beaumarchais (ah ! le TNP de l’époque Jean Vilar !), les poètes de la Pléiade, et être tombé, du même coup, amoureux des alexandrins, mon attrait pour l’écriture poétique fut facilité par une autre découverte, ô combien déterminante, celle de Jacques Prévert. Une révélation que de réaliser, à sa lecture, que l’art poétique pouvait être synonyme de toutes les libertés, y compris les plus iconoclastes. Et d’avoir ainsi confirmation par une plume reconnue de la mise en garde effectuée, avec autant de fermeté que de malice, par un des profs, de philo celui-là, évoqués plus haut, à l’endroit d’une espèce présentée, à juste titre, comme redoutable : les imbéciles solennels. Et l’autorisation, pour moi, de succomber à la tentation d’écrire sérieusement sans jamais risquer de me prendre au sérieux…

Mes sources d’inspiration : les amours de jeunesse ou définitives, les drames de ce monde, une période militaire trop longtemps subie, les souvenirs, l’actualité, la vie quoi…

Laurent est un Isarien. Il vit non loin de Clermont avec son épouse. Ancien commerçant aujourd’hui retraité, il mène une vie très active notamment dans le domaine sportif.

Avant de...

Avant de découvrir
Qu’il me fallait mourir
J’aurais voulu revoir
Ta frimousse jolie
Que c’ était bon la vie

Il ne fait que pleuvoir
En mon âme qui s’éteint
Pourquoi lutter encor
Si près de cette mort
Qui m’étreint

Année nouvelle 

Année nouvelle pourquoi viens-tu
Semer le froid le long des rues
Pourquoi viens-tu nouvelle année
Puisque pour moi rien n’est changé

J’ai cru longtemps en l’amitié
Mais elle avait de si beaux yeux
Que je me suis mis à l’aimer
C’est si simple d’être amoureux

Je voulais tant et tant aimer
Que je pleurais les heures perdues
Las tout est à recommencer
A ce bonheur elle n’a pas cru

Comme... 

Comme celui qu’atteint la cécité
Et qui veut croire qu’il verra encore le soleil
Comme le leucémique

Poème farfelu

Un chapeau c’est fait pour une tête
Une tête
C’est pas forcément pour un chapeau
C’est curieux
Et c’est tant mieux
Un chapeau, c’est vraiment pas beau
Ma tête pas davantage
Mais on s’y fait avec l’âge
Quand je dis qu’on s’y fait, ce n’est guère sage
Car pour se la refaire, c’est dommage
Mais on peut pas
C’est comme ça. 

La guillotine aussi c’est fait pour les têtes
Mais toutes les têtes sont pas guillotinées


Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :