Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue
Conditions générales de vente


  3,00 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Incertitudes
Auteur : Cary Devilseyes
Date de publication : 1986
isbn : 978-2-9534938-Po-8.003

Il n'y a pas à dire, Cary s'y connaît pour offrir des images fortes, créer des atmosphères particulières. En lisant ce recueil de poésie, non seulement vous vous laisserez bercer par la musique des mots, mais vous verrez des scènes naître sous vos yeux.

Ce recueil change du précédent par son côté plus intimiste et plus tendre.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Inutile de chercher à savoir qui je suis. On prétend que ma personnalité est ambiguë et je ne contredirai pas. Pourtant, je suis d’un naturel plutôt gai et enjoué. Alors pourquoi ce besoin de vous entraîner dans mes cauchemars ? Qui sait ? Peut-être pour ne pas m’y enfermer seule.

J’aime écrire. Les mots glissent naturellement sous ma main et je ne les retiens pas que ce soit en prose ou sous forme poétique. Enfin poétique… si on aime les naufrages, les têtes coupées…

Vous avez un imaginaire développé ? Alors ne me lisez surtout pas à la tombée de la nuit, en atmosphère tamisée et feutrée, vous pourriez passer une nuit agitée. Mes univers sont ceux du quotidien pourtant, je vous assure. Mais, comment dire ? Il semblerait qu’à un moment donné, une distorsion particulière nous fasse basculer dans un monde parallèle, un tantinet chaotique…

La Page blanche

Les mots s’esquivent
En un bruissement d’ailes
Petites abeilles vives
Dans l’espace intemporel

Les mots s’envolent

Gerbes étincelantes
Gouttes frivoles
Cascades ruisselantes

 

 

One Man Show

 

Le rideau s’est levé
Sur la salle pleine
Dans ces visages braqués
Sur moi et la scène
Seul le tien m’a ému
Par son air perdu.

Tu semblais si lointaine,
Indifférente, hautaine,
Que j’en ai frémi.

 

La Compagne du Chanteur 

Je suis gelée,
J’ai froid aux mains,
J’ai froid aux pieds,
J’ai du chagrin.
Tu ne me vois pas,
Tu ne m’écoutes pas.
Perdu dans ton lointain,
Tu ne sais rien.
Je pourrais mourir là,
Près de toi,
Tu ne le verrais pas.

 


Errance


Elle erre dans le noir,
Arpentant les couloirs,
Sa longue robe du soir
L’enveloppant de moire.

Elle erre dans le manoir,
Sa main frôlant les murs,
Ses pas comme un murmure,
Vivante ombre du soir

 

La Belle Embaumée


Dans un cercueil plombé,
Blanche mariée
En son linceul figée,
La belle embaumée
Repose à jamais
Au fond d’un caveau,
Protégée des eaux.

Immuable beauté
Dans sa sérénité,
Pureté inaltérable
Au calme imperturbable,
Elle dort, désormais.


Le Feu


Le feu palpite
Se tord et s’agite
Devant la cheminée
Je reste fascinée

Le feu exulte
Chaud et rayonnant


L’hiver 

L’hiver est descendu
Chargé de froidure
Glaciale couverture
Sur la campagne nue 

Le vent a décoiffé
Ta longue chevelure


Les mots


Il est des mots parfois
Que l’on aimerait dire
Mais la peur est là
De faire sourire
D’être moquée
Ou incomprise
Voire mal interprétée
Que l’autre ironise...


Le broyé

 
Il est entré dans le métro
A regardé
Couler le flot
Des humains affairés

Il s’est jeté
Dedans la rue
S’est cru noyé


D’ombre

 
Je suis la Dame d’ombre
La femme de vos pensées
Vos souvenirs sombrent
Dans mon passé

Et l’amour est venu
S’infiltrer entre nous


Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :