Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0.20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Nature Bavarde
Auteur : Sermanu
Date de publication : 16/01/2010
isbn : 978-2-9534938-A-1.028

Sermanu nous vient de Normandie et s’adonne aussi bien à la prose qu’à la poésie.

Il décrit avec bonheur des paysages, des lieux, des sensations y mêlant ressentis et plaisir des yeux. On vit les images qu’il présente.

Son texte, Nature Bavarde, est un hymne au Lot, un département qu’il apprécie particulièrement.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Voici un auteur de talent. Que ce soit dans le style descriptif, pour nous faire découvrir sa campagne normande ou dans le style parodié, il excelle dans l’écriture et vous apprécierez son esprit mordant, sans toutefois tomber dans la méchanceté.

Nous vous proposons de découvrir son monde, un monde à part, le monde de ceux qui souffrent sans gémir, de ceux qui envient sans jalouser. Un monde particulier que nous côtoyons tous les jours, peuplé d’êtres auprès desquels nous passons sans les voir ou en feignant de les ignorer. Usant du style de Philippe Djian, Hervé Bazin, Alphonse Boudard, Jack Kerouac, et de son propre style, Serge nous parle de ce banc, lieu de rencontre insolite et pourtant offert à tous.

« J’ aime l’ introspection donc j’ analyse bien mes pensées et mes sentiments.
La vie originale que je mène me permet de posséder une vision originale de la société qui se ressent dans mes écrits ».
« J’habite à Bayeux, entre ville et campagne, dans un quartier populaire et vivant.
J’ai la quarantaine encore un peu adolescente ».

Qu’ils parlent bien les chemins qui parlent !!! Ils susurrent à travers le chêne pubescent moussu par l’humidité qui est comme une surprise dans ce pays séché par le vent du Cantal. Et les gens parlent aussi, d’une langue accueillante et pleine d’humour. J’aime le Lot, cette vallée riche, aux travers secs, aux combes et aux combelles empierrées. Ici, le sol affleure et l’occupation principale des paysans était, il n’y a pas si longtemps, toute la journée, d’enlever les pierres des champs pour en faire des murs à épis ou à pierres plates, des gariottes ou des cazelles. Il y fait calme et solitude. Ce sont des chemins qui parlent français et occitan à la fois, ce sont des chemins bilingues on ne peut plus patriotiques. Chaque maison est, là-bas, un château de vieillesse qui a pris son âge comme un bon vin dans une cave humide du fleuve et chaude du calcaire. Les murets ont des trous pour laisser passer les renards et, des siècles après, les chauves-souris donnent à l’homme du phosphate pour ses champs. L’accueil y est une vertu régionale ; cet accueil plein de prévenance, ...

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :