Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0.20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Adieu aussi le maudit
Auteur : Xavier Boissaye
Date de publication : 23/07/2009
isbn : 978-2-9534938-A-1.007

Suite au décès de Robert-Louis Dreyfus, un hommage posthume de Xavier Boissaye.

Remarques :

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

L’auteur, spécialiste des sciences humaines, a fondé la Société Plume Service en 1998. Cette société s’est d’abord attachée au conseil en écriture puis, en 2007, elle s’est ouverte sur le Net via le site Plume Direct, portail de partage entre auteurs et lecteurs. Outre les nombreux articles qu’il a écrit sur les sujets de société, il prenait un malin plaisir à s’amuser avec les subtilités de notre langue française si riche en doubles sens et contre sens.

Xavier Boissaye a participé à de nombreux travaux sur les sujets de société, notamment avec Alain Juppé, alors Premier Ministre, et Bernard Kouchner, Ministre de la Santé de l’époque. Il a aussi participé à de nombreuses émissions de télévision et de radio.

Voici un autre maudit auquel il convient d’adresser, également, un adieu, j’ai nommé Robert-Louis Dreyfus. Cet homme d’affaires suisse était le patron et principal actionnaire de l’Olympique de Marseille.

Je n’avais pas d’affinité particulière avec cet homme d’affaires, qui avait surtout eu la chance d’être bien né. Il est vrai que, quand on prend vie dans une famille de capitalistes, l’on a un peu plus de chance qu’un péquin moyen de devenir l’un des hommes les plus riches du monde. N’y voyez aucune jalousie ni mesquinerie de ma part, hériter de capitaux est une chose, savoir les garder et les faire fructifier en est une autre.

Il est troublant, cependant, de voir que cet homme avait fait fortune avec la Société Adidas dans les années 1990. Adidas, cela vous rappelle quelque chose ? La fameuse affaire Bernard Tapie et les sommes incroyables qui lui ont été reversées par le Crédit Lyonnais !? Les contribuables, que nous sommes, devraient s’en souvenir. Rassurons-nous, Adidas a permis la fortune de Bernard Tapie et aussi celle de Robert-Louis Dreyfus. Que voilà une belle poule aux œufs d’or !

Le brave homme a peut-être profité d’un concours de circonstances, mais on le retrouve à nouveau sur la route de Bernard Tapie lorsque, à la demande d’une figure de la politique marseillaise, il prend la tête de l’incertain et fantasque Olympique de Marseille.

Le dévoué mécène investira, en une dizaine d’années, pas loin de 250 millions d’euros. A regarder de l’extérieur, il avait l’air plutôt sympathique, plutôt passionné par le sport. Alors, pourquoi le maudit ?

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :