Vous avez 0 article dans votre panier   
Catalogue


  0.20 €

Téléchargement PDF ou EPUB






Ce cochon de Morin
Auteur : Guy de Maupassant
Date de publication : 02/04/2010
isbn : 978-2-9534938-Cl-5.007

Un petit bourgeois de Province, au retour de Paris, est pris d’un coup de folie dans le train qui le ramène à La Rochelle. S’ensuit une situation des plus délicates pour laquelle il sollicite l’aide d’un journaliste. Ce dernier, accompagné d’un confrère, se rend dans la famille de la victime pour arranger l’affaire de “ce cochon de Morin“. La victime est fort jolie et peu farouche. Je vous laisse deviner ce qu’il advint entre ce beau journaliste et la belle victime.

Remarques : Ce cochon de Morin a fait l'objet d'un téléfilm.

Edité et distribué par Plume Service
8 rue du Général Despeaux – Malassise
60 390 La Neuville Garnier
et sur :
www.plume-direct.com

Guy de Maupassant est originaire de la Seine Maritime. Il est né en 1850 au château de Miromesnil, à Tourville-sur-Arques. Il n'a jamais oublié ses origines normandes et l'on retrouve cet amour de sa région dans nombre de ses écrits. Il décrit avec bonheur la vie des paysans normands, de la petite bourgeoisie et aborde aussi les hallucinations de la folie. Poussé par Flaubert, il participa aux soirées de Médan en publiant Boule de Suif. Il est surtout pour connu pour ses contes et nouvelles (La Maison Tellier, Contes de la Bécasse), mais a aussi écrit des romans comme Bel Ami. On retrouve aussi certains articles signés de sa plume dans des journaux.

Atteint de troubles neurologiques, il mourut avant de sombrer complètement dans la démence en 1893.

 

 

...

J ‘avouai que je ne savais pas l’histoire de Morin. Alors Labarbe se frotta les mains et commença son récit.
“Tu as connu Morin, n’est-ce pas, et tu te rappelles son grand magasin de mercerie sur le quai de La Rochelle ?
- Oui, parfaitement.
- Eh bien, sache qu’en 1862 ou 63 Morin alla passer quinze jours à Paris, pour son plaisir, ou ses plaisirs, mais sous prétexte de renouveler ses approvisionnements. Tu sais ce que sont, pour un commerçant de province, quinze jours de Paris. Cela vous met le feu dans le sang. Tous les soirs, des spectacles, des frôlements de femmes, une continuelle excitation d’esprit. On devient fou. On ne voit plus que danseuses en maillot, actrices décolletées, jambes rondes, épaules grasses, tout cela presque à portée de la main, sans qu’on ose ou qu’on puisse y toucher. C’est à peine si on goûte, une fois ou deux, à quelques mets inférieurs. Et l’on s’en va, le cœur encore tout secoué, l’âme émoustillée, avec une espèce de démangeaison de baisers qui vous chatouillent les lèvres.“
Morin se trouvait dans cet état, quand il prit son billet pour La Rochelle par l’express de 8h40 du soir. Et il se promenait plein de regrets et de trouble dans la grande salle commune de chemin de fer d’Orléans, quand il s’arrêta net devant une jeune femme...

Produits associés

Commentaires des internautes

Commentaires :